lundi 8 mars 2010

Signes équinoxiaux et solsticiaux

par Jacques HalBronn

On connait les classements selon la répartition des planètes (et de l'ascendant) selon les Quatre Eléments mais un tel dispositif ternaire nous a toujours semblé quelque peu étrange au sein d'un systéme fondé sur le deux ou le quatre, le trois étant un chiffre impair, ce qui ne plaide d'ailleurs guère en faveur du trigone (en grec, trois angles, trois côtés), aspect pourtant considéré comme synonyme d'harmonie....
Un autre classement semble avoir été, en revanche, négligé, c'est celui qui consisterait à compter le nombre de planètes réparties dans les deux premiers signes de l'Eté et de l'Hiver et dans les deux premiers signes du Printemps et de l'Automne, soit en tout 8 signes sur 12. On pourrait certes discuter un tel choix mais c'est celui qui est déterminé par les dispositifs des domiciles et des exaltations. (n.b. Il faut voir dans ce texte une proposition de niveau 2 du NOA, c'est à dire sans fondement scientifique, à la différence du niveau 1)
En effet, les deux dispositifs placent les luminaires côté à côté respectivement au début de l'Eté pour les domiciles et au début du Printemps pour les exaltations et à l'opposé, on trouve Saturne en capricorne et verseau pour les domiciles et en balance pour les exaltations.
Nous proposerons donc d'étudier comment dans un thème les planètes se répartissent entre ces 8 signes afin de déterminer si la personne est plutôt équinoxiale ou plutôt solsticiale, une telle typologie ayant déjà été esquissée par nous dans d'autres textes du JBA.
En tout état de cause, une telle étude nous semble bien plus intéressante que la répartition entre les 4 Eléments puisqu'elle a l'avantage de s'appuyer sur des analogies assez parlantes alors que celle qui s'articule sur l'appartenance d'un signe à tel ou tel Elément nous parait bien plus abstraite et artificielle.
Cela dit, si nous avons utilisé une telle terminologie (type équinoxial, type solsticial), ce n'était pas en tenant compte de la répartition des planètes entre les 12 signes du Zodiaque. Nous préférons pour notre part observer par nous même que de nous fier au thème natal.
Nous sommes également très sceptiques quant à l'usage des maîtrises planétaires pour dire que tel personne qui a tel ascendant est martienne ou lunaire parce que cet ascendant est le domicile de Mars ou de la Lune. On est là dans une astronomie totalement fictive qui n'implique aucune présence de planète ou d'étoile dans le signe considéré. Il est quand même étonnant que l'astrologie contemporaine continue à perpétuer un tel dispositif, malgré le rejet qui en a été fait, à juste titre, par l'école conditionaliste. On ne peut que constater une telle persistance lorsque l'on assiste à des rencontres d'astrologues autour de thèmes et l'on nous parle même de réception mutuelle, lorsque deux planétes se situent dans l'un des signes de l'autre, sont les "locataires" de l'autre. C'est d'ailleurs justement ce mélange de données astronomiques rigoureuses et de constructions fictives qui caractérise une approche 'équinoxiale", où l'on tend à mélanger les genres, du fait d'une visibilité déclinante (coucher) ou hésitante (lever) si l'on nous autorise relier les saisons et le mouvement diurne.
Nous sommes dans une logique cyclique et l'idée selon laquelle une personne serait marquée par la situation des astres à sa naissance ne nous sied guère. Est-il vraiment légitime de se servir d'un outil cyclique pour figer un comportement? Cela nous semble un usage contre-nature.
Certes, les travaux de Gauquelin semblent montrer que le moment de la naissance est marquant. Mais il insiste sur le fait que l'enfant existe planétairement dès avant sa naissance et que c'est d'ailleurs ce qui explique qu'il naitra sous telle planète et non sous telle autre, si l'on n'interfére pas avec le processus de l'accouchement. Ce n'est pas le moment de la naissance qui en fait un martien ou un jupitérien, il ne fait que révéler cette information. Mais on peut, comme le pense Gauquelin, accéder également à cette information par des tests (voir "Les Personnalités Planétaires", Paris, La Grande Conjonction-Trédaniel, 1992)
Cela dit, il convient ici, à toutes fins utiles, de rappeler, que nous ne sommes pas là, avec les données Gauquelin, en présence d'un phénomène visuel. En plein midi, on ne voit pas les planètes ni les étoiles qui culminent ou même qui se lèvent. Pour des cyclicités plus longues, cela n'a pas beaucoup d'importance car on a une alternance de jour et de nuit mais pour une cyclicité aussi brève que celle liée au mouvement diurne, la visibilité est d'autant plus secondaire que l'enfant est encore dans le ventre de sa mère.
L'axe horizontal nous semble cependant plus pertinent que le méridien, d'où l'importance traditionnelle accordée à l'Ascendant (qui a donné son nom à l'ensemble du thème, l'Horoscope, terme utilisé dans les journaux alors même que l'on ne calcule pas l'ascendant, ce qui exigerait de connaitre l'heure et le lieu de naissance). Il est probable que nous percevions mieux - du moins pour ceux qui sont branchés sur le cosmos- les passages des planètes à l'horizon qu'au méridien, pour des raisons qui nous échappent encore largement et qui relèvent d'une dimension vibratoire, la captation de la présence des astres étant de l'ordre du radar, étant précisé qu'il ne s'agit que de localiser un astre et non d'être sous son influence puisque; comme nous l'avons dit, à de nombreuses reprises, les astres ne sont que des signaux auxquels par rapport auxquels l'Humanité s'est (auto) programmée à réagir, du moins en certaines de ses castes..
Nous pensons donc que dans le thème, approché selon Gauquelin, les positions des planètes autour de l'horizon (AS, DS) importent davantage que celles qui se placent autour du méridien (MC, FC). C'est parmi ces planètes "horizontales" qu'il faudrait, en priorité, rechercher le facteur déclenchant de la naissance de l'enfant considéré.




JHB
25. 01. 10

3 commentaires:

christoforos a dit…

La bonne nouvelle, c'est un superbe travail associatif, typique du Sagittaire. Cela dit, je critique votre approche équinoxiale des choses . L'équinoxe c'est l'égalité jour = nuit, nulle confusion possible dans l'interaction.Il n'y a que les solstices pour melanger le jour et la nuit,J'évite de citer des exemples, cela serait trop préjudiciable , à votre gout. Je n'en demeure pas moins convaincu que votre travail est remarquable.
a+

christoforos a dit…

L'écrivain qui cesse d'écrire, tout en écrivant, voila un exemple détonant de solstice. J'écris tout en écrivant pas.

La nuit englobe le jour.

Je fume tout en cherchant ma cigarette.

Rosiana Monbon a dit…

Félicitation pour votre site! Vraiment, il est génial et comme j'ai vu dans les premiers posts c'est vrai que partages et interface du site sont vraiment une aubaine pour bosser le style. Vraiment un grand merci !

voyance gratuite par telephone ; voyance mail gratuite