dimanche 11 juillet 2010

Le point aveugle de la dualité en Astrologie contemporaine

Par Jacques HalBronn

Le discours actuel des astrologues est double, ce qui ne signifie pas qu’il assume pleinement et sans ambigüité les exigences et les réalités de la dualité.
L’astrologue fait bien souvent penser à une chauve souris, tantôt oiseau, tantôt rat, jouant sur plusieurs tableaux. Il est conseillé avant de porter un jugement sur l’astrologie de la voir sous toutes ses facettes car ce qui fait problème, avant tout, n’est pas tant telle ou telle facette mais la combinaison, la cohabitation, des unes et des autres. De même en ce qui concerne, le jugement que nous pouvons porter sur quelqu’un, il est conseillé de couvrir une certaine durée, car l’on y observera notamment certaines habitudes, récurrences tout à fait significatives.
D’un côté, certes, la dualité est-elle, en effet, présente – et parfois de façon assez caricaturale, manichéenne – quand on nous parle de « bons » (harmoniques) et de « mauvais » (dissonants) aspects (dessinés souvent en rouge). On pense à des feux de signalisation : rouge, vert, orange. Et il est vrai que souvent les questions se situent dans ce cadre : oui ou non, cela se « fera » ?
On trouverait d’autres modes de dualité : Eté-Hiver, Jour- Nuit, Soleil-Lune, Masculin/Féminin, les planètes et les signes sont souvent présentés en couples (ex les couples chers à André Barbault (Mars et Vénus, Jupiter et Saturne etc.)L’axe des nœuds en astrologie karmique, au niveau zodiacal) mais aussi conjonction/opposition (aspects)
Mais d’un autre côté, cette dualité est souvent bafouée, au bout du compte, par ce même discours. L’existence même de 12 signes et de 12 maisons, de tant de planètes (cf. les astéroïdes chers à Jean Billon ou à Marielle Garel), nous éloigne sensiblement d’une problématique duelle (et cela vaut aussi pour le ternaire RET de l’astrologie conditionaliste ou pour le découpage en 8 maisons proposé par Patrice Guinard, sur le site CURA.free.fr.).
Cela a des effets tant au niveau des typologies qui débordent largement le cadre du 2 qu’à celui des prévisions qui ont rarement un profil simple. Par delà le fait que l’astrologue réponde par l’affirmative ou la négative à telle ou telle question posée par son client (astrologie des interrogations, astrologie « horaire »), force, en effet, est de constater que cela part dans tous les sens : tel transit, puis tel autre et cela indéfiniment, l’’ensemble ne constituant aucunement quelque chose de bien transparent : où est la dualité dans un tel désordre que l’on met un peu vite sur le compte, sur le dos du Cosmos : c’est ainsi que Daniel Giraud (voir sur la Télévision Astrologique) nous déclare que le thème astral, « ça existe » que ce ne sont pas les astrologues qui l’ont inventé, puisque….cela se calcule selon les données fournies par les astronomes eux-mêmes ! De qui se moque-t-on ? Qu’au moins les astrologues assument leur propre apport !
Il est d’ailleurs possible que le fait de multiplier les configurations et les combinatoires bien au-delà du Deux ait quelque utilité quand il s’agit de « secouer » un peu le client quand celui-ci a besoin qu’on lui donne un « coup de pouce » mais alors disons –le tous les moyens sont bons, astrologiques ou non.(voir nos études sur les PPA, sur le présent JBA) Mais ceci est une autre histoire et relève de l’instrumentalisation de l’astrologie.
Nous avons déjà, à d’autres moments, dénoncé la façon dont la cyclicité astrale est vidée de sa substance en recouvrant la dualité d’un magma de sous-cycles et de sous-sous Cycles qui font que la cyclicité en tant que retour à un état initial (évolution-involution) est toujours reportée aux calendes grecques.
Or, si l’astrologue vit mal la dualité, a du mal à la conscientiser - s’il la subvertit- il semble bien alors qu’il soit mal placé pour conseiller son client face aux enjeux de l’existence. Entendons qu’il peut certes lui servir de catalyseur pour fixer des échéances, plus ou moins fictives d’ailleurs – mais pourquoi pas ? – mais il ne jouera pas, en revanche, son rôle de baliseur d’un temps collectif, partagé, qui, au bout du compte, est le seul qui vaille.
.

JHB
23.04.10

1 commentaire:

Jordie Nilla a dit…

Je m’arrête très souvent sur votre site que j’apprécie beaucoup, cela me permet de m’évader et de penser à autres choses….Que du bonheur !! Merci
voyance par mail gratuite